Marathon

Après mon opération : succès avec le moniteur vital !

Andreas kämpft sich beim Lauf ins Ziel. Hinter ihm laufen weitere Teilnehmer.

Le moniteur vital m'a aidée à me remettre sur pied pour faire du sport après mon opération !

Comment tout a commencé

Je m'appelle Andreas et j'ai 35 ans. En 2011, j'ai couru mon premier marathon à Linz en 3h19min . Malheureusement, j'ai dû continuer à faire des pauses pour marcher pendant les 5 derniers kilomètres. Je n’avais pas de plan d’entraînement à l’époque. J’en ai donc cherché un sur Internet et je me suis entraîné en conséquence. J’ai trouvé que les courses longues et l’entraînement par intervalles étaient moins importants en ce moment. Il s’est avéré plus tard que ces deux composantes joueraient également un rôle important.

Mon feu de marathon s'est allumé

Un an plus tard, j'étais à nouveau sur la ligne de départ. Cette fois, j'ai pu obtenir un résultat de 3h7min . Par rapport à la première fois, j’ai pu beaucoup m’améliorer en termes de temps. Malheureusement, cette fois aussi, j'ai eu des problèmes d'endurance et j'étais complètement épuisé dans la seconde moitié de la course. Cela m'a obligé à faire des pauses pour marcher . Ma pensée était la suivante : si je m'entraîne de manière plus disciplinée à l'avenir, je pourrai certainement terminer mon prochain marathon en moins de 3 heures. J’ai d’ailleurs réussi à le faire à Linz en 2013. J'ai pu courir un temps de 2h57min et mon feu pour le marathon était enfin allumé.

Du plan de formation Internet à Berny Schimpl

Je n’avais jamais fait de test lactate et j’y avais pensé à plusieurs reprises. Un de mes amis connaissait Berny Schimpl et nous avons donc organisé un test de lactate ensemble. Mes valeurs n'étaient pas si mauvaises. Cependant, comme beaucoup de coureurs, l’endurance de base était difficile à développer . Berny a dit qu'il me restait encore beaucoup de choses en moi. J'ai donc finalement demandé à Berny d'élaborer un plan d'entraînement mensuel pour moi.

Le résultat de ce plan d'entraînement a été que mon endurance de base s'est améliorée et a en même temps eu un impact positif sur ma motivation et mon plaisir pendant l'entraînement. En 2014, j'ai couru le marathon de Linz en 2h 54min et l'année suivante j'ai réalisé un temps encore meilleur de 2h 52min. Ainsi, mes performances ont augmenté régulièrement. Mais je me suis immédiatement fixé des objectifs de plus en plus élevés : mon prochain objectif était le mur du son de 2h50min. Bien sûr, cela signifiait formation, formation, formation. Des parcours de 120 km par semaine n'étaient donc pas rares.

Mon revers de santé

Puis la catastrophe a frappé en 2016. Après un dur entraînement, j'ai soudainement eu des problèmes de vision . Ma vision était floue et j'avais du mal à lire. Au début, je pensais qu’une éventuelle hypoglycémie pouvait être responsable de ces problèmes de vision. Malheureusement, il n'y a eu aucune amélioration le lendemain. C'est pourquoi j'ai rapidement consulté un médecin. Il m'a diagnostiqué une thrombose à l'œil. J'ai alors dû me rendre immédiatement à l'hôpital pour en découvrir la cause.

Après quelques tests, il s'est avéré que la cause était un trou d'environ 3 cm entre les deux cavités cardiaques . Les médecins m'ont conseillé de refermer le trou immédiatement. J'ai finalement subi cette opération en novembre 2016. J'ai dû prendre des comprimés pendant six mois et je n'étais initialement autorisé qu'à suivre un entraînement d'endurance de base très léger. En mai 2017, j'ai finalement obtenu le feu vert des médecins : je pouvais à nouveau m'entraîner pleinement et participer à nouveau à des compétitions.

De zéro à cent : grâce au moniteur vital

Repartir de presque « zéro » était bien sûr difficile au début. Je voulais vraiment écouter mon corps et m'entraîner uniquement lorsqu'il était prêt. J'avais entendu parler du moniteur Vital à plusieurs reprises et je pensais qu'il serait idéal pour moi. J'ai recontacté Berny et après un test de lactate nous avons commencé Méthode de surveillance vitale . Mon endurance de base n'était pas mauvaise, mais j'avais beaucoup de rattrapage à faire dans le domaine de l'endurance de vitesse. Je m'étais également fixé un nouvel objectif : le marathon de Francfort le 29 octobre 2017.

Bien sûr, au début, il a fallu un certain temps pour s'habituer à mesurer chaque matin et après chaque séance d'entraînement, mais cela est rapidement devenu une habitude. Les premiers succès ont rapidement eu lieu avec le moniteur vital. Mon âge biologique est désormais d'environ 21 ans et mes valeurs HRV supérieures à 200 ne sont plus rares.

L'entraînement selon les recommandations quotidiennes du moniteur vital s'est également très bien déroulé et mon sentiment subjectif était en grande partie d'accord avec les recommandations d'entraînement. Après 12 semaines d'entraînement à raison d'environ 100 kilomètres par semaine, le grand jour est enfin arrivé. Malheureusement, la météo ce jour-là était plutôt sous-optimale, avec des rafales de vent pouvant atteindre 100 km/h. Au final j'ai quand même réussi un superbe temps de 2h 53min . En raison de mon passé et de ces conditions difficiles, j'étais plus que satisfait même si j'ai raté mon meilleur temps de près d'une minute !

Conclusion

Je peux recommander le moniteur vital à tout le monde. Surtout les athlètes qui poursuivent des objectifs élevés et veulent réaliser les meilleurs temps, mais qui courent en même temps le risque de trop s'entraîner et donc de ne pas laisser à leur corps suffisamment de temps pour récupérer !

En lire plus

Vitalmonitor
Ein Mountainbiker fährt ein Rennen entlang eines Bergsees

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.